National Centre of Competence in Research PlanetS
Sidlerstrasse 5 | CH-3012 Bern | Switzerland
  Tel. +41 (0)31 631 32 39

Equilibre entre vie et travail

Ravit Helled est professeur à l’Université de Zürich et responsable de la plateforme Coordination Académique du PRN PlanetS. Cliquez sur les petites loupes des zones rectangulaires marquées dans son bureau, pour mieux connaître sa vie de scientifique et de mère. Pour revenir à l’aperçu, cliquez sur “Show Full Image” en haut à droite.

Show Full Image

Ma journée de travail

Ravit Helled


Mes journées de travail sont très différentes. Le jour où j'enseigne, j’y consacre toute la journée, tout comme la veille qui est dédiée à la préparation. En règle générale, nous avons un visiteur par semaine dans notre institut. Si il travaille dans mon domaine, je le rencontre, discute science et participe au séminaire. Je ne participe pas aux séminaires qui ont lieu l'après-midi, parce que je suis déjà rentrée à la maison. Vous voyez que mon tableau blanc est plein de graphiques et d’équations, mais également de photos de famille et de dessins d’enfants. Je pense que ça reflète l'équilibre que j'essaie de conserver: mon fils de 10 mois, Alexandre, se réveille vers 6 heures, et soit moi soit mon mari, Harald, passons du temps avec lui, généralement dans la cuisine. Ensuite, je bois mon premier café. À 7 heures, nous réveillons Mila, ma fille de 10 ans, pour qu’elle mange son petit-déjeuner, car elle quitte généralement la maison à 7h40. J'aime cette heure du jour, tôt le matin, car je suis une personne matinale. Quand je suis éveillée, je suis assez énergique, mais j'ai besoin de suffisamment de sommeil, environ 9 heures par nuit. Je passe donc une grande partie de ma vie en train de dormir. Je m'habille et je me prépare parfois en transportant Alexandre. J'essaie également de ranger et de nettoyer le salon et les salles de bains pendant ce «temps libre». Notre nounou arrive à 9 heures et je pars travailler. J’y vais à pied, car j’habite tout près.


Au travail, je suis surtout assise, j'ai donc une chaise spéciale et confortable. Je suis habituellement au bureau vers 9h15. Bien que je consulte parfois mon courrier électronique à la maison déjà, la première chose que je fais en arrivant, c’est de vérifier s'il y a des courriels urgents et d'autres choses qui doivent être traitées. La première heure est généralement très calme et je prends un autre café dans l'institut. Ensuite, les gens commencent à venir à mon bureau, ma porte étant ouverte la plupart du temps. Parfois, mon bureau ressemble à une gare, avec des gens qui vont et viennent. J'aime m'impliquer dans la science sur laquelle mon groupe travaille. Je m'intéresse et je ressens une certaine responsabilité, c’est pourquoi je demande souvent aux gens comment va leur travail et s'ils ont besoin d'aide.


En termes de science, j'ai le sentiment que je n'ai pas fait de la science depuis des années, mais ce n'est probablement pas vrai. Le type de travail est tout simplement différent, il existe différentes phases naturelles au cours de votre carrière. De nos jours, j'écris moins de papiers, mais plus d'articles de revue et je conseille mes étudiants en thèse de doctorat et postdocs sur nos articles, je fais encore des petits calculs moi-même. Quand ce sont d'autres personnes qui font la recherche, je pense qu'il est plus difficile d'avoir l'intuition et la compréhension approfondie du sujet, surtout si vous travaillez sur plusieurs projets simultanément. Mais j'aime être impliquée dans tous les sujets, c'est important pour moi, car après tout, je suis une scientifique.


J'ai toujours beaucoup de collations avec moi, à la maison mais également au travail, cependant les gens ne veulent pas les manger. En général, je ne vais pas déjeuner avec les autres à 12h30, car il y a trop de monde et la nourriture est mauvaise. De plus je mange lentement et je n'aime pas que les gens doivent m'attendre. La plupart du temps, je mange un sandwich avant midi et je continue à manger de petites choses pendant la journée. Je mange beaucoup de bonbons, je pense que j'ai besoin d'énergie pour poursuivre mon activité.


Le mois dernier, j'ai soumis un article de revue avec T. Guillot sur les intérieurs des planètes géantes, et il vient d’être accepté. Il traite de la structure interne des planètes géantes et glacées et formera un nouveau chapitre du manuel des exoplanètes. Je viens de publier un autre article dans ApJL avec D. Stevenson, sur le flou des noyaux des planètes géantes. J'aime vraiment ce sujet: la formation et l'évolution des planètes géantes et leurs structures internes et tout ce qui a trait aux exoplanètes. J'aime vraiment mon travail. La relecture des articles et la présentation de d'exposés, lors des réunions prennent beaucoup de temps et j'ai appris à dire oui uniquement aux articles qui sont proches de mes propres activités et à examiner les invitations aux conférences. Il faut apprendre à dire non à certaines choses.


L'après-midi, mon cerveau cesse de fonctionner correctement vers 14 heures. Alors que je suis plutôt excitée le matin, mon énergie baisse dans l'après-midi. Pour cette raison, j'essaie de faire ce qui nécessite moins de concentration, comme la paperasse bureaucratique. Avant 16.00, je rentre chez moi pour rejoindre Mila et Alexander. Ensuite, nous jouons un peu, Mila rentre de l'école, nous parlons de sa journée, mangeons, elle fait ses devoirs, puis je prépare le dîner. Harald arrive le soir, la plupart du temps avant que les enfants ne se couchent.


Première lumière de laboratoire pour SPIRou
La course d’école des astronautes
Catégories: External Newsletter, Uncategorized

Comments are closed.