National Centre of Competence in Research PlanetS

Gesellschaftsstrasse 6 | CH-3012 Bern | Switzerland

Tel. +41 (0)31 631 32 39

“Nous aurons besoin de grandes missions spatiales”

Sascha Quanz a été nommé professeur d’exoplanétologie et d’habitabilité à l’Ecole Polytechnique de Zurich le 1er juin 2019. “Je suis ravi que nous puissions désormais aller de l’avant avec une vigueur renouvelée, au sein même de PlanetS “, déclare Sascha Quanz, qui est désormais membre du comité exécutif du Pôle de recherche national.

Sascha Quanz (*1979), professeur d’exoplanétologie et d’habitabilité à l’Ecole Polytechnique de Zurich. (Photo ETHZ)

PlanetS : Vous avez déjà passé près de dix ans à faire de la recherche à l’EPF de Zurich. Quels sont vos objectifs en tant que professeur ?
Sascha Quanz : Nous avons de grands projets ! Je veux me concentrer sur le but ultime, qui me motive aussi personnellement soit de trouver des petites exoplanètes terrestres près de notre Soleil, de les caractériser et de voir si elles sont habitables et s’il y a des signes de vie. De nombreux groupes de recherche mentionnent cet objectif, mais nous voulons essayer de le poursuivre de façon cohérente lorsque nous démarrons des projets ou embauchons de nouveaux doctorants et post docs. Cet objectif ne peut encore être atteint aujourd’hui, et nous ne pourrons pas le faire seuls avec un groupe de recherche, mais nous pouvons élaborer une feuille de route qui nous y mènera en ajoutant des pièces au puzzle. Il s’agit notamment de poursuivre le développement d’instruments pour les télescopes actuels. L’ELT, le prochain grand télescope terrestre, joue également un rôle important dans nos plans et notre participation à ce projet, par le biais de l’instrument METIS, est très importante.

Qu’attendez-vous de l’ELT, l’ “Extrêmement Grand Télescope” de l’ESO, qui devrait être pleinement opérationnel à partir de 2025 ?
Nous avons une assez bonne idée des progrès que l’ELT nous permettra de réaliser et qui seront les premiers pas fondamentaux vers les objectifs susmentionnés. À partir de la connaissance d’une poignée d’exoplanètes terrestres, nous pourrions prendre une photo et peut-être même obtenir des indices sur l’existence d’une atmosphère. Le télescope spatial James Webb pourrait également rechercher des atmosphères dans un nombre comparable de petites exoplanètes. Cependant, le nombre de ces planètes restera globalement faible. De plus, la possibilité de les caractériser réellement sera toujours limitée. Cela signifie que nous devons faire d’autres développements, construire d’autres instruments ou penser plus grand, si nous voulons comprendre à quelle fréquence les planètes sont réellement habitables. En fin de compte, cela ne pourra se faire qu’à partir de l’espace, nous aurons besoin de grandes missions spatiales si nous voulons trouver des dizaines de planètes terrestres potentiellement habitables et les caractériser.

Les États-Unis ont déjà une longueur d’avance et ont présenté des concepts pour des missions plus importantes. En Europe, nous devrions nous demander si nous voulons faire équipe avec les Américains ou commencer quelque chose par nous-mêmes. J’aimerais bien initier une telle mission en Europe, non pas en concurrence avec les Etats-Unis, mais en complémentarité.

Une grande mission spatiale reste très coûteuse. Est-il possible de financer un projet d’une telle ampleur ?
Je pense que la réponse pourrait être oui. Peut-être ne sera-t-il pas possible d’obtenir les fonds de la manière traditionnelle par l’intermédiaire des agences, comme cela a été le cas jusqu’à présent. Peut-être devrions-nous chercher de nouveaux partenariats, y compris avec le secteur privé. Il y a de nombreux et très riches particuliers qui sont aujourd’hui fortement impliqués dans l’industrie spatiale. Cependant, il ne faut pas aller d’abord à la recherche d’argent, puis décider ce qu’il faut faire en matière de recherche. Nous devons faire les choses dans l’autre sens : quelles recherches voulons-nous faire ? A quelles questions voulons-nous vraiment répondre ? Et de quoi avons-nous besoin ? Ce n’est qu’une fois que nous l’aurons compris et que nous en serons convaincus que nous pourrons passer de ces idées à la réalité. Il est encore trop tôt pour cela, mais j’ai bon espoir que la science finira par être suffisamment convaincante.

Quelle est la prochaine étape ?
Des idées pour de telles missions spatiales existaient déjà il y a 15 ans et ont été proposées à la NASA et à l’ESA. Elles ont été annulées à l’époque, notamment parce qu’on en savait très peu sur les exoplanètes. Les choses ont beaucoup changé depuis : nous savons qu’il y a des milliers de planètes et nous en savons plus sur leur distribution selon la taille. Cela signifie qu’il est beaucoup plus facile de quantifier ce que l’on peut attendre d’une telle mission aujourd’hui qu’il y a 15 ans. Maintenant, nous devons regarder où le développement technologique s’est arrêté à ce moment-là. J’imagine bien que les laboratoires dont nous disposons aujourd’hui nous permettront de mettre en place des expériences, d’affiner et de mettre à jour des techniques de mesure pertinentes, voire d’en développer de radicalement nouvelles.

Le poste a été annoncé il y a près de trois ans, lorsque Michael Meyer a quitté l’ETH Zurich pour rejoindre la faculté de l’Université du Michigan aux USA. Avec l’émergence d’une situation difficile à l’Institut d’astronomie, l’installation d’une nouvelle chaire a été suspendue par l’ancien président de l’EPF de Zurich. Comment avez-vous vécu cette incertitude ?
Il y a eu des moments extrêmement difficiles où je me suis demandé si je perdais mon temps. Il faut dire que la communication n’a pas toujours été claire et transparente et que je n’avais aucune idée des chances de succès de ma candidature. Je me suis donc dit : passons à autre chose. J’ai essayé d’utiliser le temps activement, d’initier de nouveaux projets, de forger des collaborations. Cela m’a beaucoup aidé.

Lorsque l’EPF de Zurich a nommé un nouveau président au début de cette année, nous espérions qu’il réévaluerait le processus. Mais son message pour commencer les négociations avec moi m’a complètement surpris. Je l’ai vu sur mon smartphone à 18h30 alors que je venais de ranger mon vélo au sous-sol. Bien sûr, j’étais très heureux de ce rendez-vous, parce que j’ai eu exactement ce que je voulais. L’EPF Zurich offre d’excellentes possibilités de recherche et avec le sujet des exoplanètes, l’Ecole a opté pour un domaine de recherche moderne, interdisciplinaire et orienté vers l’avenir. Elle permet à notre groupe de recherche d’élaborer une vision à long terme tout en assurant la stabilité. C’est important non seulement pour le groupe de recherche, mais aussi pour la participation aux projets. Aujourd’hui, nous sommes à nouveau en mesure d’agir en tant que partenaire fiable et à long terme.

Ces derniers temps, de nombreuses discussions ont eu lieu sur les relations entre les professeurs et les doctorants. Comment voyez-vous cette situation ?
L’affaire a certainement déclenché un processus de réflexion et beaucoup de collègues, dont moi-même, ont commencé à réfléchir sur eux-mêmes. Ce n’est pas facile car il y a cette forte tendance qui veut vous faire croire que tout va bien. Même en tant que professeur, vous devez admettre que vous n’êtes pas parfait. Je pense qu’il est important de reconsidérer le système existant et d’essayer de dissocier cette dépendance : en tant que professeur, vous payez les doctorants et les post-doctorants et vous les évaluez également. De plus, il n’existe pas de type de doctorat bien défini. Par exemple, certains projets sont très orientés parce qu’ils s’inscrivent dans un projet plus vaste, d’autres sont très indépendants, ce qui exige de la souplesse. Afin de séparer la dépendance, vous pourriez impliquer davantage d’autres collègues et peut-être mettre en place une sorte de comité doctoral, comme c’est l’usage dans d’autres universités. En ce moment, beaucoup de choses font l’objet de discussions et certaines devraient changer au sein de l’EPF.

Vous êtes maintenant membre du conseil d’administration de PlanetS. Quelle est l’importance de ce PRN pour vous ?
A l’EPF de Zurich, nous disposons d’une expertise et d’un axe de recherche parfaitement complémentaires des principales activités à Berne, Genève ou à l’Université de Zurich. C’est précisément la force de PlanetS, c’est que nous avons des compétences sur les différents sites qui se complètent parfaitement ce qui rend l’environnement de recherche sur les exoplanètes en Suisse excitant et compétitif. Tant d’expertise dans différents domaines aussi proches géographiquement, constitue une densité qui n’existe nulle part ailleurs. Je pense que PlanetS donnera à la Suisse l’opportunité d’être à long terme parmi les leaders mondiaux dans le domaine des exoplanètes. Nous devons saisir cette occasion et il ne fait aucun doute que nous le pouvons. Je me réjouis que nous puissions aller de l’avant avec une énergie renouvelée, maintenant que la situation à l’EPF de Zurich n’est plus un point d’interrogation.

Catégories: External Newsletter, News, Uncategorized

Comments are closed.