National Centre of Competence in Research PlanetS
Sidlerstrasse 5 | CH-3012 Bern | Switzerland
  Tel. +41 (0)31 631 32 39
Fax. +41 (0)31 631 44 05

Rêves d’un autre monde

La découverte de sept planètes semblables à la Terre autour d’une étoile ultra froide a fait les titres de la presse mondiale. Comment se présente le système TRAPPIST-1? Cette question a été abordée par des scientifiques et une auteure de science-fiction lors d’un événement organisé à l’Université de Berne, par le Centre pour l’Espace et Habitabilité (CSH) et le NCCR PlanetS.

Laurence Suhner, Brice-Olivier Demory, Yann Alibert, Zoë Lehmann (Photo Sylviane Blum)

«La planétologie fait partie de l’histoire de la Suisse», a déclaré Kevin Heng, directeur du CSH. En 1995, les astronomes de l’Université de Genève ont trouvé la première exoplanète autour d’une étoile solaire. «22 ans plus tard, c’est la deuxième grande découverte», a souligné Kevin Heng, en insistant sur l’importance de la détection du système TRAPPIST-1. Celui-ci est si compact que comparé à notre système solaire les sept planètes seraient incluses dans l’orbite de Mercure. Une des questions à se poser est la suivante: ces planètes ont-elles de l’eau? «Vous aurez la réponse dans les cinq prochaines années», a affirmé, convaincu, l’astrophysicien.

«Nous partons d’hypothèses et de suppositions pour arriver à de véritables observations», a ajouté Brice-Olivier Demory, qui faisait partie de l’équipe de la découverte. «Avec le télescope spatial Hubble et le futur télescope spatial James Webb, nous aurons l’occasion de sonder l’atmosphère de ces planètes rocheuses pour essayer de déterminer si elles sont habitables ou non». Le professeur au CSH de l’Université de Berne a reçu de nombreux appels téléphoniques et d’emails concernant le système TRAPPIST-1, non seulement d’astronomes, mais aussi de biologistes, d’autres scientifiques, d’économistes ou d’écrivains . «Je suis très heureux de voir qu’avec cette découverte l’astronomie et la recherche de la vie sont des sujets partagés universellement», a t-il déclaré.

Discussion à l’Université de Berne. (Photo: Sylviane Blum)

Selon les simulations faites l’année dernière par Yann Alibert, professeur à l’Université de Berne, les planètes autour de TRAPPIST-1 devraient être riches en eau. «Pour nos simulations informatiques, nous appliquons les lois de la physique comme la conservation de masse et les observations astronomiques», a-t-il expliqué. Un autre résultat des calculs a montré que les planètes autour des petites étoiles rouges doivent être de taille moyenne. «Ce n’est pas vraiment surprenant, car la masse que vous avez autour de ces étoiles n’est pas très grande», a déclaré Yann Alibert qui espère que le système TRAPPIST-1 soit le premier d’une longue série à venir. Ce serait un test puissant pour la théorie de la formation des planètes.

Claude Nicollier et Laurence Suhner. (Photo: Sylviane Blum)

Zoé Lehmann, du département d’anglais de l’Université de Berne, a souligné que la découverte de ces exoplanètes n’est pas seulement passionnante pour la science mais également du point de vue culturel. La science-fiction et la philosophie ont largement discuté ce que cela signifierait si la Terre n’était pas une planète unique, mais une parmi des milliers ou des millions de semblables. «Cela ferait une grande différence pour nous en tant qu’êtres humains vivant sur cette planète», a déclaré Zoé Lehmann, «TRAPPIST-1 est un exemple réellement mesurable permettant d’obtenir un pas de plus vers la réponse à cette question».

Lors de l’événement à Berne, une réponse possible a été donnée par l’écrivaine suisse de science-fiction Laurence Suhner. L’année dernière, elle avait été contactée par un des scientifiques étudiant TRAPPIST-1 pour écrire un roman sur ce système planétaire étonnant. Son roman a été publié dans la même édition de la revue «Nature» que le papier sur la découverte scientifique. «J’aime travailler en étroite collaboration avec des scientifiques et essayer de construire un monde qui pourrait exister», explique-t-elle. Puisque les planètes de TRAPPIST-1 sont verrouillées, c’est à dire qu’elles présentent toujours la même face à l’étoile, Laurence Suhner a du imaginer une histoire qui se passe dans le terminateur, la zone grise entre le jour et la nuit. «Bien sûr, c’est de la fiction, mais elle est assez proche de la réalité», a déclaré l’auteure. Écoutez un extrait de l’histoire:

Podcast of the event of 9 March 2017 at the University of Bern

La recherche axée sur la curiosité
JWST une nouvelle ère pour la planétologie
Catégories: External Newsletter, News, Uncategorized

Comments are closed.