National Centre of Competence in Research PlanetS
Gesellschaftsstrasse 6 | CH-3012 Bern | Switzerland
  Tel. +41 (0)31 631 32 39

En cas de doute, vise plus haut

Veerle Sterken n’avait pas eu de travail rémunéré dans le domaine de la science des poussières cosmiques depuis trois ans. Elle a ensuite convaincu le Conseil européen de la recherche (ERC) de financer son projet sur la poussière interstellaire. Cela a donné le coup de fouet à sa “seconde carrière” en astrophysique et a conduit à la reconnaissance de son projet par le conseil d’administration de PlanetS.

“Je vais envoyer ma candidature à PlanetS plus tard dans la journée”, nous avait confié Veerle Sterken en mai. À l’époque, il n’était pas clair que le conseil d’administration accueillerait favorablement son projet. Pendant le confinement, nous avons parlé avec elle de son projet et du chemin qui a mené à PlanetS.

PlanetS : Salut Veerle, comment fais-tu pour surmonter le confinement ?
Veerle Sterken : Communiquer avec les gens et donner des séminaires en ligne a été un défi. En tant que scientifique, cela aide beaucoup si on peut interagir avec les gens et avoir des échanges avec les collègues. Sur le plan international, cela ne change pas beaucoup, sauf que la plupart des réunions ont été reportées d’un an. J’aurais préféré commencer ma subvention de l’ERC en interagissant avec des gens par le biais de ces réunions, cela aurait accéléré le processus. Mais d’un autre côté, j’aurai plus de résultats à présenter l’année prochaine. Mais oui, cela fait une différence.

Parle-nous un peu de ton projet !
Je m’intéresse à la dynamique de la poussière interstellaire dans l’héliosphère, qui est cette “bulle » formée par le vent solaire. Dans cette bulle, nous nous déplaçons à travers le nuage interstellaire local, une zone de densité d’hydrogène légèrement plus élevée dans la région voisine du milieu interstellaire galactique. Grâce à ce mouvement, la poussière provenant d’autres étoiles peut passer à travers le système solaire.

Qu’est-ce qui rend le projet spécial ?
Normalement, les astronomes font des recherches à ce sujet en utilisant des télescopes sur de très longues distances. Pour ma part, je viens d’une communauté de Heidelberg qui a effectué des mesures in situ de la poussière interplanétaire et interstellaire. Comme les particules peuvent traverser le système solaire, on peut les analyser sur Terre même si elles proviennent d’autres étoiles. C’est tout à fait unique et très complémentaire de la recherche astronomique, c’est le seul nuage interstellaire que nous pouvons saisir in-situ.

Comment faire ?
Il y a plusieurs façons de s’y prendre. Soit on envoie un vaisseau spatial qui a à son bord un instrument à poussière qui peut mesurer la masse, la direction et la vitesse des particules lors de l’impact, voire la composition de la poussière. Soit on prélève des échantillons et on les renvoie sur Terre, comme l’a fait par exemple la mission Stardust.

Quelles sont les questions auxquelles tu espères répondre avec ton travail ?
L’idée de mon projet est d’étudier comment la trajectoire de la poussière est affectée par l’héliosphère. Il y a plusieurs influences : il y a la force de la pression du rayonnement solaire, la gravité et la force de Lorentz, car ces particules sont chargées et se déplacent dans le champ magnétique interplanétaire qui dépend du cycle solaire. Avec le cycle solaire de 11 ans, la poussière en mouvement se concentre et se défocalise par rapport au plan équatorial solaire tous les 11 ans. Ce mécanisme de focalisation et de défocalisation a été plus ou moins compris à l’aide des mesures prises par Ulysse. Mais toute la série de mesures prises ensemble ne l’ont pas fait. La première moitié ou la seconde moitié de la série de données pourrait être expliquée, mais pas toutes ensemble. Il semble donc qu’il y ait une deuxième modulation, ce qui doit être prouvé.

As-tu une idée de ce que cela pourrait être ?
L’hypothèse qui sous-tend mon projet est que la région limite de l’héliosphère pourrait provoquer une telle seconde modulation. L’objectif est de modéliser les trajectoires de la poussière et de voir si nous pouvons faire correspondre la simulation aux données. Si nous y parvenons, nous pourrons également contraindre les propriétés des particules, comme leur composition et leur structure.

Cela semble fascinant. Pourquoi as-tu choisi de faire ce travail à l’ETH ?
Je vivais déjà en Suisse, alors j’ai vérifié qui faisait des recherches sur l’héliosphère ici. J’ai trouvé le site d’Arnold Benz. C’est un professeur émérite qui a travaillé sur l’héliosphère dans le passé et je pensais que ses recherches étaient les plus proches de mon domaine.  Je lui ai écrit un e-mail et il m’a conseillé de prendre contact avec Hans-Martin Schmid, ce que j’ai fait. C’est ainsi que j’ai fini par arriver à Zurich.

La bourse de l’ERC a été cruciale. Comment y es-tu parvenu ?
Ce ça n’a pas été facile, car je n’avais plus de travail rémunéré dans le domaine de la science des poussières cosmiques depuis 3 ans. Beaucoup des personnes avec lesquelles j’ai dû concourir pour la bourse du ERC étaient déjà des professeurs. Moi, en revanche, j’étais au chômage et frustrée (rires). J’ai travaillé dur pour présenter un bon projet, d’abord écrit puis défendu devant un jury à Bruxelles, et j’ai réussi à obtenir la bourse.  Il est donc rassurant de voir que l’ERC donne une chance aux bonnes idées. Cela pourrait donner de l’espoir aux jeunes. N’abandonnez jamais !

En effet. Bonne chance pour votre projet et merci pour votre temps !
Merci !

Categories: Internal Newsletter, News

Comments are closed.

Si tu aimes ce que tu vois, partage le!

Share Tweet Share Save Share Email