National Centre of Competence in Research PlanetS
Gesellschaftsstrasse 6 | CH-3012 Bern | Switzerland
  Tel. +41 (0)31 631 32 39

La science lui a appris à se défendre

Yogita Kadlag est une astrophysicienne du Maharashtra, en Inde. Depuis octobre 2019, elle est membre du PRN PlanetS. De sa ville natale, où elle est bloquée en raison de la pandémie de Corona, elle nous a parlé de son travail, des différences culturelles et de la discrimination.

“Il pleut beaucoup en ce moment ; peut-on réessayer dans 20 minutes ?”, écrit Yogita. Notre première tentative de réunion de zoom s’est terminée avant même d’avoir commencé. A Jawale Kadlag (Maharashtra), en Inde, où séjourne actuellement Yogita, la connexion internet n’est pas celle à laquelle nous sommes habitués en Suisse. De fortes pluies peuvent entraver la communication, qui n’est donc pas toujours facile.

Une heure plus tard, la pluie a cessé, et la connexion est meilleure.

PlanèteS : Que faites-vous en Inde, Yogita ?
Yogita Kadlag : Je suis venue à Delhi en mars pour assister à une conférence, mais elle a été annulée quelques jours avant le date prévue. Mon retour à Berne était prévu pour le 22 mars, mais le couvre-feu national a commencé le jour même et la fermeture a suivi plus tard. Je suis donc bloquée ici depuis trois mois.

Les cas quotidiens de nouvelles infections à Covid-19 sont toujours en augmentation en Inde. Comment allez-vous, vous et votre famille ?
Nous allons bien. Nous vivons ici, dans un endroit isolé, dans la ferme de mes parents. C’est agréable de les voir.

Vous avez commencé à PlanetS en octobre dernier. Parlez-nous de votre travail !
Mon projet est axé sur les chondrules. Il s’agit de petites gouttelettes sphériques de silicate qui se sont formées à partir de particules de poussière autrefois fondues (en raison d’un traitement à haute température) dans le disque protoplanétaire ainsi que lors de collisions planétésimales. On les trouve encore aujourd’hui dans les météorites primitives. Jusqu’à présent, j’ai fait quelques travaux expérimentaux préliminaires. Dans un premier temps, ma tâche consiste à séparer les chondrules de différents types du reste du matériau de la météorite. J’ai commencé à développer un protocole pour séparer les chondrules par la méthode de congélation-décongélation, qui implique de nombreux cycles de refroidissement dans de l’azote liquide et de chauffage dans un bain d’eau chaude. À la fin de l’année dernière, j’ai isolé une centaine de chondrules de la météorite appelée “Allende”. Au début de cette année, j’ai également séparé des chondrules de quatre autres météorites, en utilisant la même procédure.

Chondrules à l’intérieur d’une météorite. (Crédit : Yogita Kadlag)

Pourquoi les chondrules sont-elles intéressantes ?
Nous sommes intéressés par l’étude de ces chondrules, car leur composition chimique peut nous renseigner sur l’environnement du système solaire primitif et les processus physiques qui ont eu lieu à l’époque. Ainsi, elles nous fournissent le lien entre le disque protoplanétaire et la formation des embryons planétaires.

Que ferez-vous des chondrules isolées ?
Tout d’abord, nous voulons voir l’intérieur des chondrules pour en discerner la structure et la composition interne. Nous le ferons avec des images 3D des chondrules en utilisant l’imagerie micro-CT. Ces images montrent les différents minéraux qui se trouvent à l’intérieur, chacun présentant un coefficient d’atténuation des rayons X différent, ce qui donne une échelle de gris différente. Ensuite, nous séparons les chondrules en deux parties. Une partie est apportée au SwissSIMS à Lausanne pour être datée en utilisant les rapports isotopiques 26Al/27Al. Le 26Al se désintègre relativement rapidement, donc un rapport élevé indique qu’ils ont été formés au début du système solaire. Les plus anciens, formés 1 à 2 millions d’années après la formation des objets les plus anciens du système solaire, sont ensuite utilisés pour des études plus approfondies. L’autre partie est utilisée pour les mesures de gaz rares. En termes simples, les rapports isotopiques des gaz rares dépendent de la quantité d’irradiation cosmique qu’ils ont reçue. En mesurant les gaz, nous pouvons déduire les conditions (principalement l’irradiation dans le disque protoplanétaire) dans lesquelles les chondrules se sont formés.

Comment avez-vous rejoint PlanetS ?
Ce projet a nécessité la combinaison de différentes techniques avancées, ce qui ne pouvait être fait que dans quelques endroits du monde. J’étais vraiment intéressée par l’étude de l’environnement des premiers systèmes solaires et de l’irradiation au début, car on ne sait pas grand-chose à ce sujet. Si l’on ne tient pas compte de l’environnement d’irradiation, en particulier lorsqu’on étudie les météorites, il est difficile d’examiner les processus réels car l’irradiation peut modifier considérablement les rapports isotopiques. Le professeur Ingo Leya [maintenant son superviseur] travaille sur ces sujets depuis un certain temps maintenant, et quand j’ai lu certains de ses articles, je me suis vraiment intéressé à ce sujet.

Vous avez fait votre doctorat et un postdoc en Allemagne et vous travaillez en Suisse depuis plus de six mois maintenant, mais vous avez grandi et étudié en Inde. En quoi, diriez-vous, les deux régions diffèrent-elles dans leur façon d’aborder la science ?
Lorsque nous comparons le contexte en Europe et en Inde, c’est en termes très généraux. Parce que les groupes de recherche d’une même région, ou même d’un même département universitaire, peuvent être très différents. Mais ce que je peux dire de mon expérience, c’est qu’en Inde, les hiérarchies sont assez fermes. Vous ne pouvez pas vraiment vous opposer à vos supérieurs. Quand je suis arrivé en Allemagne, j’ai appelé mon superviseur “Monsieur” au début, et il m’a dit “Non ! Vous ne devriez pas m’appeler comme ça, nous sommes des collaborateurs”. Je pouvais facilement discuter avec lui sur n’importe quel sujet même si mes idées étaient en contradiction avec la science actuelle et il m’encourageait à poursuivre dans cette voie. C’était donc une grande différence et aussi avec la ponctualité. En Allemagne et en Suisse, les gens sont très ponctuels par rapport à l’Inde (rires). C’est peut-être lié au climat, ici, on ne sait jamais quand la pluie arrive. On adapte son emploi du temps à la situation (rires)…

…comme il se doit, avec notre zoom-call !
Exactement ! C’est une façon différente de travailler.

Laquelle préférez-vous ?
Une combinaison des deux, je pense (rires). Quand j’ai des expériences à faire, je dois les faire dans les délais prévus. Mais quand je peux, j’adapte les horaires de travail à ce que je ressens.

Alors, le bureau à domicile vous convient-il ?
En fait, je préfère travailler au laboratoire, même quand je rédige des papiers. Surtout quand je suis fatigué d’écrire, on ne peut pas écrire un papier en continu. Alors, j’aimerais aller au labo pour faire des travaux de laboratoire. C’est le cas en ce moment, car j’utilise le confinement pour rédiger des parties de manuscrits à réviser et le labo me manque.

Un débat sur la discrimination raciale est en cours, également dans le domaine universitaire. Comment avez-vous vécu cette situation, pensez-vous avoir été gêné par votre origine ethnique (seulement si vous vous sentez à l’aise) ?
Mes groupes ont été très divers. Par exemple, ici [à Berne], nous avons des membres de Pologne, du Pakistan et je suis originaire d’Inde et cela fonctionne très bien. Personnellement, je ne me sens pas discriminée ou quoi que ce soit de ce genre. Mais je suis aussi le genre de personne qui ne le ressent pas, je dirais que personne ne peut me discriminer de cette manière (rires). Je pense que cela a beaucoup à voir avec mon superviseur en Allemagne. Il m’a appris à parler, principalement dans un sens scientifique, mais cela a également influencé tout ce que je fais. Lorsque vous allez à des conférences et que les gens vous défient, vous devez vous défendre et défendre votre position. Cela se reflète alors également dans d’autres aspects ou situations de la vie.
Mon observation sur ce sujet est que je pense que les êtres humains sont racistes par nature (racisme de types variables). Je veux dire que psychologiquement, vous vous sentez en sécurité avec les personnes de votre “espèce”. Je ne veux pas dire cela pour une société particulière, car cela existe partout dans le monde. On l’observe aussi chez les animaux qui vivent en groupe.  La société humaine ne peut être considérée comme pleinement civilisée que lorsque nous considérerons cette planète entière comme notre foyer, que nous serons égaux devant la mère nature et que nous l’enseignerons aux générations futures. Bien que cela semble facile à dire en une phrase, il faudra peut-être des années et de nombreuses leçons pour que la société humaine évolue dans cette direction.

Espérons que cela ne prendra pas trop de temps. Merci pour votre ouverture et votre temps, et à bientôt, j’espère, à Berne !
Oui, merci !

Categories: Internal Newsletter, News

Comments are closed.

Si tu aimes ce que tu vois, partage le!

Share Tweet Share Save Share Email