National Centre of Competence in Research PlanetS
Gesellschaftsstrasse 6 | CH-3012 Bern | Switzerland
  Tel. +41 (0)31 631 32 39

Observatoires impossibles

Par Timm Riesen

Les montagnes sont imprenables

Le Cervin pendant un orage d’E. Whymper: The Ascent of the Matterhorn (S. 120)

Jusqu’au milieu du 19ème siècle, on croyait encore que les hauts sommets des Alpes étaient imprenables. Beaucoup de mythes et de légendes se sont tissés autour de ces sommets de montagne loin dans les nuages. Lentement, avec les premières ascensions réussies de la Jungfrau (1811), du Mönch (1857) et de l’Eiger (1858), ces lieux ont commencé à se démystifier et une concurrence féroce a éclaté entre les alpinistes pour conquérir les sommets des Alpes. Le Cervin ne fait pas exception à la règle et son sommet est la cible déclarée de plusieurs associations d’alpinisme et d’escalade. Mais jusqu’en 1865, toutes les tentatives déchouèrent. E. Whymper, le chef de la première ascension réussie, connaissait lui aussi les légendes et il écrivit plus tard : “les indigènes superstitieux des vallées environnantes (…) parlaient d’une ville ruinée sur son sommet où les esprits habitaient. Ils vous disaient de regarder les châteaux et les murs et vous mettaient en garde contre une approche imprudente, afin que les démons en furie du haut de leur forteresse inexpugnable, ne se vengent pas de votre propre dérision”.

Au fil du temps et au fur et à mesure que les alpinistes avançaient, un nombre croissant d’aventuriers, pour la plupart des gens passionnés par la nature et les sciences qui s’y rattachent, se sont joints à eux. Comme Louis Agassiz, intrigué par le problème des blocs rocheux qui a commencé son travail de changement de paradigme sur les périodes glaciaires, ou Otto Ampferer sur le pliage régional et la création des Alpes, deux chercheurs qui ont marqué le début d’un âge d’or. Naturellement, les astronomes se sont toujours intéressés à des endroits avec une vue magnifique, et il était déjà bien compris, qu’être capable d’aller plus haut conduirait à des conditions d’observation toujours meilleures puisqu’il y a  de moins en moins d’atmosphère au-dessus de l’observateur. Alfred de Quervain (1879-1927), géophysicien et chercheur polaire suisse, conscient de  l’importance et de la nécessité d’avoir des stations de recherche en haute montagne, a su convaincre les décideurs politiques de ne distribuer des concessions pour la construction de chemins de fer sur la Jungfrau et le Gornergrat qu’à la condition de pouvoir y construire ultérieurement les stations de recherche.

Avec le télescope directement au sommet du glacier

Les cérémonies d’inauguration des chemins de fer de la Jungfrau et du Gornergrat ont eu lieu en 1896. Atteindre le haut plateau sous le sommet de la Jungfrau a été un véritable défi car le chemin de fer traverse l’Eiger et le Mönch. Après une période de construction de 16 ans, la compagnie a réussi à creuser le Jungfraujoch à travers la roche et la glace jusqu’à la lumière du jour. Le projet initial d’atteindre le sommet de la Jungfrau a été abandonné et la gare de la Jungfraujoch a été déclarée comme l’arrêt final du chemin de fer. Avec l’arrivée du chemin de fer de la Jungfrau, les gens normaux, sans avoir besoin d’être alpiniste, ont pu accéder facilement à un site alpin de très haute montagne, où il y avait même des services comme l’électricité et l’eau. Peu de temps après, dans les années 20 et 30, les chercheurs ont commencé à transporter du matériel météorologique, des télescopes astronomiques et du matériel pour mesurer le rayonnement cosmique et ont commencé à installer un laboratoire scientifique dans une caverne de glace du Mönch. Certains ont même vécu dans des tentes pendant toute la durée d’une campagne d’observation et ont installé un télescope directement sur le glacier.

Première observation astronomique au Jungfraujoch par Prof. Schär (Observatoire de Genève). Image fournie par le HFSJG.

En effet, la vision d’Alfred de Quervain concernant la recherche en haute montagne dans les Alpes suisses était devenue réalité. Une station de recherche a été construite en 1930 et l’observatoire du Sphinx a suivi en 1936. Une fondation internationale, aujourd’hui la “Fondation internationale pour les stations de recherche de haute altitude du Jungfraujoch et du Gornergrat” (HFSJG), a été créée et dans les années 50. Des dômes astronomiques ont été ajoutés au Sphinx avec un étage supplémentaire. Le succès et l’intérêt croissant, en particulier pour la recherche en haute altitude et l’astronomie, ont conduit à la réalisation d’une deuxième station de recherche dans les tours du Kulmhotel au Gornergrat (1966).

Les défis d’aujourd’hui dans un environnement de haute montagne

Aujourd’hui, les deux stations de recherche sont toujours opérationnelles et en bon état. Le Jungfraujoch fait l’objet de recherches internationales dans différents domaines, principalement dans le domaine du climat et de la physique de l’environnement, mais aussi en médecine, en glaciologie et en astronomie solaire. Sur le Gornergrat, les universités de Berne et de Genève dirigent, en collaboration avec d’autres partenaires, le projet de vulgarisation astronomique le “Stellarium Gornergrat”. Les sites de haute montagne continuent d’imposer de grandes exigences au matériel existant. Des rafales  de vent supérieurs à 120 km/h, des températures inférieures à -25 °C ou de fortes chutes de neige ne sont pas rares. De plus, il y a parfois des orages violents en été. Avec l’électronique de pointe d’aujourd’hui, qui est pratiquement utilisée partout, ce sujet est devenu encore plus important. Malgré une protection professionnelle externe et interne contre la foudre, une série d’éclairs en quelques secondes seulement a laissé des traces de destruction sur le Gornergrat l’été dernier, tant dans l’observatoire que dans l’hôtel lui-même. Un temps d’arrêt prolongé du Stellarium de plusieurs mois et d’innombrables heures de travail supplémentaire en ont résulté. Il semble presque que les démons mentionnés par Whymper étaient encore en train de nous lancer une vengeance et de nous tourner en dérision. Au moins, nous sommes en bonne compagnie avec ces défis : presque tous les observatoires importants sont construits à des endroits “impossibles”, par exemple les télescopes de Hawaiʻi, au sommet d’un volcan endormi de 4200 m de haut qui se réveillera un jour, ou dans les hautes montagnes du Chili où la terre tremble presque quotidiennement. Au Chili, il existe en effet des télescopes dont les miroirs individuels sont conçus de telle sorte qu’ils peuvent survivre sans dommage à un séisme de magnitude 8. Mais pas à la pluie ! La pluie y est si rare qu’une averse déclenche des protocoles d’urgence et les gens mettent du plastique à la hâte et à la main pour protéger les miroirs.

L’environnement alpin du Gornergrat, vu du Hohtälli. Le Kulmhotel avec les deux coupoles est visible au milieu de l’image. Image: Timm Riesen.

Tutoriel: Comment faire des vues d'artiste d'exoplanètes simples et jolies
Elargis Tes Horizons
Catégories: External Newsletter

Comments are closed.