National Centre of Competence in Research PlanetS
Gesellschaftsstrasse 6 | CH-3012 Bern | Switzerland
  Tel. +41 (0)31 631 32 39

Branché sur l’espace

Après une longue tournée à travers l’Europe, le satellite CHEOPS est de retour chez Airbus Defence and Space Espagne à Madrid. Au cours de son voyage, il a dû passer avec succès des essais thermiques sous vide dans les installations d’Airbus à Toulouse, des essais de vibrations mécaniques à RUAG Space à Zurich et des essais de bruit acoustique et de compatibilité électromagnétique dans le centre technique de l’ESA aux Pays-Bas. “Tous les tests ont été effectués sans incident majeur “, résume Christopher Broeg, chef de projet de la mission CHEOPS à l’Université de Berne.

D’autres essais doivent encore être effectués à Madrid, en particulier ceux qui excluent les fuites de réservoir et ceux qui vérifient les panneaux solaires après de violentes secousses et à l’exposition acoustique. Ensuite, des tests fonctionnels du système suivront. “Le satellite devrait être prêt d’ici la fin de l’année “, déclare Christopher Broeg. Il sera conservé à Madrid et envoyé à Kourou seulement 6 à 8 semaines avant son lancement.

Après les essais de vibration, un événement spécial a eu lieu à Zurich : en présence du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, du directeur du PRN PlanetS Willy Benz et de trois des quelques 2700 enfants qui avaient participé au concours de dessin, deux plaques avec leurs dessins montées sur le satellite ont été dévoilées.

Quelle était la motivation de la campagne de dessin des enfants ? “Je voulais que les gens puissent avoir un lien physique avec l’espace”, explique Yann Alibert, responsable scientifique du PRN PlanetS. “Nous avons ces théories ridicules selon lesquelles les hommes ne sont jamais allés sur la lune. Donc, je pense que c’est bien que les gens puissent voir concrètement que quelque chose existe vraiment, que nous y travaillons, qu’il sera lancé et qu’il fera de la science”.

Yann Alibert avait pensé qu’une partie du satellite pourrait circuler et que les gens pourraient y toucher, mais cela n’a pas été possible à cause de la contamination. Il a donc eu l’idée d’envoyer quelque chose avec le satellite en orbite comme un dessin. Lors d’une réunion avec Willy Benz, chercheur principal du CHEOPS, et Andrea Fortier, scientifique spécialiste des instruments de CHEOPS, il a envisagé de lancer un concours, de sélectionner un lauréat et de joindre ses travaux au satellite. Au cours de la prise de décision, le groupe a souligné les principales difficultés du concept: qui choisirait le gagnant et sur la base de quels critères ? “Nous pensions aussi que le choix d’une ou deux contributions gagnantes n’était pas très suisse “, explique Alibert, « pourquoi ne pas en envoyer autant que possible, a dit quelqu’un, et c’est ce que nous avons décidé.”

La campagne de dessin a été un grand succès. Des enfants de toute l’Europe ont envoyé des contributions imaginatives. 2748 dessins ont été miniaturisés, gravés au laser sur deux plaques de titane et montés sur le satellite. “Avec ces dessins, les petits artistes sont proches de quelque chose dans le ciel “, dit Alibert, dont les deux filles se sont réjouies de participer à la campagne.

“Il y a cependant un point négatif », admet-il, lorsque CHEOPS aura rempli sa mission dans quelques années, le satellite brûlera dans l’atmosphère terrestre et les plaques seront détruites. “Mais peut-être que vous respirerez certains des atomes,” spécule le scientifique. De toute façon ce ne sont que les versions miniaturisées des dessins qui prendront feu. Les originaux sont conservés en toute sécurité dans les archives d’un sous-sol de l’Université de Berne. “Bien sûr, il y aura les données scientifiques de CHEOPS “, conclut Yann Alibert , « mais les dessins feront également partie de que ce qu’on pourra toucher physiquement même une fois le satellite détruit.”

La mission CHEOPS

Former Mercure par impacts géants
La formation des lunes de Jupiter
Catégories: External Newsletter, News, Uncategorized

Comments are closed.