National Centre of Competence in Research PlanetS
Sidlerstrasse 5 | CH-3012 Bern | Switzerland
  Tel. +41 (0)31 631 32 39

«La recherche fondamentale est incroyablement importante»

Le nouveau directeur scientifique de la NASA, Thomas Zurbuchen, a annoncé fin février la découverte de sept planètes de la taille de la Terre autour de l’étoile voisine TRAPPIST-1 lors d’une conférence de presse qui a été suivie dans le monde entier. Un mois plus tôt, le physicien suisse a rendu visite à l’Université de Berne, où il avait étudié et obtenu son doctorat. «J’aime retrouver mes amis et en créer de nouveaux. Il est toujours bon de revenir à la maison», a-t-il déclaré.

Thomas Zurbuchen à l’ Université de Bern. (Photo: Manu Friederich)

»Super public, même le maire de mon village de montagne était présent!» a commenté Thomas Zurbuchen, après sa conférence à l’Université de Berne. Heiligenschwendi, un village situé à 1100 m d’altitude, près de Thoune dans le canton de Berne, est l’endroit où a grandi le nouvel administrateur associé de la direction des missions scientifiques de la NASA. Il était le premier de sa famille à s’attaquer à un diplôme universitaire. Le plus haut scientifique de la NASA attribue au succès du système scolaire suisse le fait qu’un enfant d’un village de montagne intéressé par la science ait pu obtenir un doctorat en physique et entreprendre une brillante carrière. «La Suisse doit être fière de son système scolaire», a-t-il dit, «l’Université de Berne m’a beaucoup donné». Lors de son exposé dans son Alma Mater, il a loué les conférences pédagogiques, mais a également relevé avoir pu aller à des écoles d’été et avoir eu un budget de 50.000 francs suisses pour des instruments de mesure, alors qu’il était simple diplômant.

Aujourd’hui, le directeur scientifique de la NASA, âgé de 49 ans, est responsable d’un budget annuel de cinq milliards de dollars et distribue des fonds de recherche à 10 000 scientifiques. Protéger et améliorer la vie sur terre, chercher la vie ailleurs et élargir nos connaissances. Ce sont là les thèmes scientifiques clés de la NASA, allant de la prévision météorologique pour prévenir les feux de forêt à la confirmation de la théorie générale de la relativité d’Einstein. «La recherche fondamentale est incroyablement importante», a déclaré Thoms Zurbuchen en soulignant qu’il fait passer ce message non seulement aux universitaires mais aussi aux politiciens. La réponse à la question «sommes nous seuls?» se situe parmi ses priorités scientifiques majeures. Avec la détection du système TRAPPIST-1, il est convaincu qu’une étape remarquable vers une réponse à cette question a été faite. «La découverte nous donne un indice que la recherche d’une seconde Terre n’est pas seulement une question de si … mais de quand», a-t-il dit lors de la conférence de presse au siège de la NASA à Washington.

De nombreux spectateurs à la conférence de Thomas Zurbuchen. (Photo: Manu Friederich)

Des ingénieurs qui savent ce qui se passe

À Berne, Thomas Zurbuchen aime se reconnecter avec ses amis et en faire de nouveaux. «J’ai rencontré Claude Nicollier, un vrai pionnier de l’espace suisse», se souvient-il. «J’ai également rencontré d’anciens collaborateurs et amis avec qui j’avais l’habitude de prendre un Café, tous les jours il y a plus de 20 ans». Lors de sa visite du laboratoire MEFISTO de l’Université de Bern, il a même retrouvé un instrument qu’il connaissait très bien, puisqu’il était impliqué dans son développement qui s’est étendu sur de nombreuses années. Le physicien a constaté que l’instrument américain était étalonné dans la chambre de mesure bernoise. L’appareil étudiera les particules lourdes et chargées du vent solaire à bord du satellite de l’ESA Solar Orbiter. Thomas Zurbuchen a expliqué que le laboratoire de l’Université de Berne était le meilleur au monde dans le domaine de l’étalonnage parce que ses experts assurent une maintenance continue et complète des infrastructures. «Ce sont des ingénieurs qui savent ce qui se passe», a déclaré le directeur scientifique de la NASA. «Depuis le début de l’ère spatiale, la Suisse a joué un rôle important dans la recherche spatiale» a assuré Thomas Zurbruchen, «les excellents résultats de Rosina dans le cadre de la mission Rosetta de l’ESA en sont la preuve récente.»

Podcast

JWST une nouvelle ère pour la planétologie
Météorites et bronzage
Catégories: External Newsletter, Uncategorized

Comments are closed.